Méthodes de traitement dans la ménopause

PHYTOTHERAPIE – GERER LA MENOPAUSE A L'AIDE DE PLANTES MEDICINALES

Les médicaments phytothérapeutiques sont généralement fabriqués à base d'extraits de plantes. Ainsi, l'actée à grappes et le millepertuis ont une influence bénéfique sur des symptômes climatériques tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et les fluctuations d'humeur sans interférer avec la régulation naturelle des hormones.

Les plantes suivantes peuvent jouer un rôle important dans le traitement naturel des troubles climatériques:  

Actée à grappes pendant la ménopause

 

Actée à grappes:  
Peut être utilisée contre des symptômes tels que les sueurs nocturnes, les bouffées de chaleur et les troubles du sommeil.

 

 

Millepertuis pendant la ménopause

 

 

Millepertuis:
Peut être utilisé traditionnellement contre les fluctuations d'humeur à composante dépressive, l'irritabilité et les troubles du sommeil.

 

 

 

Gattilier pendant la ménopause

 

 

Gattilier:
Peut être utilisé pour traiter le syndrome prémenstruel et les irrégularités du rythme menstruel.

 

 

 

Valériane pendant la ménopause

 

 

Valériane:
Peut être utilisée contre les troubles du sommeil, les états agités et tendus, la nervosité et l'irritabilité.

 

 

 

Sauge pendant la ménopause

 

 

Sauge:
Peut être utilisée contre les sueurs et les bouffées de chaleur liées à la ménopause.

 

 

 

Rhubarbe sauvage pendant la ménopause

 

Rhubarbe sauvage:
Peut être utilisée contre les bouffées de chaleur, les sueurs, les troubles du sommeil et les états dépressifs.

 

 

 

Soja pendant la ménopause

 

 

Soja:
En raison de sa teneur en isoflavones, le soja peut être utilisé par exemple contre les bouffées de chaleur.

 

 

 

Trèfle des prés pendant la ménopause

 

 

Trèfle des prés:  
Il présente de grandes ressemblances avec le soja puisqu'il contient également des isoflavones. Peut être utilisé contre les troubles du sommeil et les bouffées de chaleur.

 

 

 

Les préparations à base de plantes mettent plus longtemps à agir que le traitement hormonal. Pour tout traitement, y compris pour la phytothérapie, il faut évaluer les avantages et les risques concernant la tolérance.

Faites-vous conseiller par un professionnel en pharmacie ou en droguerie.

La votation de 2009 dans laquelle la population suisse a exprimé sa volonté d'inscrire les médecines complémentaires dans la Constitution, montre l'importance attribuée en Suisse à la possibilité de recourir aux vertus des plantes et aux méthodes traditionnelles.

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF – ADMINISTRATION D'HORMONES DANS LA MENOPAUSE

Le traitement hormonal substitutif compense artificiellement le déficit hormonal de la ménopause. Un traitement hormonal est composé d'œstrogènes et de progestatifs qui peuvent être administrés en alternance, en même temps ou à des doses variables (selon la phase de ménopause).

Des études réalisées ces dernières années ont révélé non seulement des avantages, mais aussi différents risques du traitement hormonal substitutif. L'étude WHI (Women Health Initiative) auprès de plus de 25'000 femmes a examiné entre autres comment les effets d'un traitement hormonal dans la ménopause influencent le cancer du sein, le cancer du côlon et d'autres types de cancer. Cette étude a dû être arrêtée prématurément à cause d'incidences accrues de cancers du sein, d'accidents vasculaires cérébraux, de thromboses, de maladies cardiaques et d'embolies pulmonaires.

Avant l'instauration d'un traitement hormonal substitutif, il faut un examen gynécologique complet par un gynécologue et un entretien de consultation détaillé, étant donné que toutes les formes d'utilisation ont leurs avantages et leurs inconvénients. Avec prise en compte de votre histoire médicale individuelle, des symptômes présents et de votre mode de vie, la forme de traitement doit être définie de façon individualisée.

Les sociétés savantes internationales recommandent de réévaluer régulièrement la nécessité d'une administration d'hormones et de ne pas commencer un traitement hormonal après la 60e année de vie.

Principes du traitement hormonal moderne dans la ménopause:

  • Ne pas commencer un traitement hormonal plus de 10 ans après la ménopause ou après la 60e année de vie.
  • Les hormones sont utilisées lors de symptômes sévères qui détériorent nettement la qualité de vie; il ne s'agit pas d'un traitement d'agrément.
  • Tout traitement hormonal doit être défini de façon individualisée (forme, dosage, durée) et discuté avec évaluation des avantages et des risques possibles.

Mode de vie dans la ménopause

Un mode de vie sain est recommandé dans toutes les phases de la vie. En présence de symptômes tels qu'un trouble du sommeil, cela peut valoir la peine de se défaire d'habitudes nuisibles (manque d'exercice physique, alimentation mal équilibrée, habitudes de sommeil inadaptées). Un mode de vie équilibré est sans aucun doute bénéfique pour la santé générale, la forme physique et l'espérance de vie.

On recommande de l'exercice physique régulier, une bonne hygiène du sommeil (p.ex. température ambiante d'environ 18 °C, pièce sombre, silence), des techniques de relaxation (p.ex. yoga, méditation) et l'évitement de boissons qui influencent la régulation vasculaire (p.ex. café, alcool).

Les changements hormonaux se produisent cependant aussi lors d'un mode de vie idéal. Il est important que chaque femme trouve sa propre voie vers un nouvel équilibre.

 

 

 

    • Phytothérapie: les préparations à base de plantes mettent plus longtemps à agir que le traitement hormonal. Pour tout traitement, y compris pour la phytothérapie, il faut évaluer les avantages et les risques concernant la tolérance.
    • Traitement hormonal substitutif: des études réalisées ces dernières années ont révélé non seulement des avantages, mais aussi différents risques du traitement hormonal substitutif. Principes du traitement hormonal moderne dans la ménopause:
      • Ne pas commencer un traitement hormonal plus de 10 ans après la ménopause ou après la 60e année de vie.
      • Les hormones sont utilisées lors de symptômes sévères qui détériorent nettement la qualité de vie; il ne s'agit pas d'un traitement d'agrément.
      • Tout traitement hormonal doit être défini de façon individualisée (forme, dosage, durée) et discuté avec évaluation des avantages et des risques possibles.